• Chapitre 2

     

    Je regarde ma montre, 23h30, finalement, j'ai passé un bon moment avec mes potes, même si j'ai perdu ma partie de fléchettes. Je tape mon code au digicode pour rentrer dans ma résidence, mon appartement n'est pas très grand, mais il a l'avantage d'être près de mon boulot. 

    Le gardien me tend mon courrier, des factures. Je le remercie et monte dans l'ascenseur. Tandis que la cabine monte à mon étage, je repense à la jeune Camille. Je ne connais rien en patinage en fait, je ne suis jamais le sport. J'ai passé mes années d'études dans une bibliothèque à éplucher tout les manuels de médecine. 

    J'ouvre ma porte, balance les factures sur la table de l'entrée, jette mon blouson sur le sofa et je file sur mon pc, une petite recherche sur Google me permettra d'en savoir plus sur ma patiente. 

    La photo qui s'affiche sur mon écran me fait froid dans le dos, je suis pourtant habitué à ce genre de chose, mais quand je vois ce corps sur la glace et la marre de sang, j'imagine que le choc a été terrible. Les journalistes n'ont pas de cœur pour mettre ça sur leurs couvertures, j'imagine très bien la réaction de la jeune femme si elle a vu ça. J'ai mal pour elle, avoir été une athlète de haut niveau et se retrouver dans un fauteuil doit être très dur. Je vais devoir y aller doucement avec elle. 

    J'éteins mon pc et je file sous la douche. Ma journée a été longue et la fatigue commence à se faire ressentir. Je balance mes fringues dans le panier de linge, il faudra que je songe à descendre à la laverie, demain peut-être. J'allume le jet d'eau chaude et me glisse dessous. La chaleur de l'eau me détend les muscles, je soupire d'aise. J'attendais ça depuis des heures. Je me lave rapidement et me glisse, nu, dans mes draps. Le sommeil m'emporte à peine, je pose ma tête sur l'oreiller. 

    Chapitre 2

     

    *** 

    Il est 3h du matin, mes yeux sont fixés sur le plafond blanc, d'ailleurs tout est blanc dans cette chambre, je déteste cet endroit. Il m'arrive souvent de vouloir sortir, mais mon corps me rappelle que je ne peux plus marcher, que je suis bloquée sur ce lit. Les larmes coulent sur mes tempes et mouillent mon oreiller. 

    Chaque jour ou plutôt chaque nuit, je me demande ce que j'ai fait de mal pour subir ça. Moi qui étais une femme indépendante, me voilà dépendre de chaque personne. Annabelle est une femme extraordinaire, c'est la seule personne avec qui je parle vraiment parce que c'est la seule qui ne me regarde pas avec cet air de désolation. 

    Hier soir, j'ai entendu la porte s'ouvrir, je savais que ce n'était pas elle, je n'avais pas reconnu son pas et surtout une odeur d'after-shave avait empli la pièce, un parfum que je ne connaissais pas. J'ai essayé de ne pas bouger, l'intrus est reparti en fermant doucement la porte, j'imagine qu'il s'était trompé de chambre. 

    Les journées sont longues, mais les nuits le sont encore plus. Dans une heure, la veilleuse de nuit va passer voir si tout va bien, une fois de plus, je ferais semblant de dormir pour éviter une conversation que je ne souhaite pas. Je n'arrive plus à dormir, dès que je ferme les yeux, je revois ma chute, l'angoisse me compresse la poitrine, j'ai mal à l'intérieur. Alors je reste éveillée et je repense à ma vie d'avant. 

    Mon quotidien était réglé comme du papier à musique, je me levais à 6h chaque matin, j'avalais un verre de jus d'orange et je partais faire mon jogging, ensuite, je rentrais, prenais ma douche, m'habillais et prenait mon petit-déjeuner servi par la gouvernante de mon père. Adèle a été une mère de substitution pour moi, ma mère nous ayant quitté alors que j'avais 3 ans. Elle est partie, sans un regard en arrière, avec un guitariste d'un groupe de métal. Je n'ai jamais eu de ses nouvelles, pas une lettre, pas un coup de téléphone et encore moins depuis mon accident. J'ai fait une croix sur elle à mes dix ans. 

    Mon père a quitté ce monde il y a trois ans, une attaque foudroyante. Je vis seule depuis la vente de la maison de mon père pour éponger les dettes qu'il avait contracté. Adèle est retournée chez sa sœur malade, elle me téléphone tous les deux jours pour me raconter ses journées, elle ne me demande jamais comment je vais, pas besoin de se le dire pour savoir que je vais mal. 

    Chapitre 2

     La porte s'ouvre, l'infirmière s'approche de mon lit, j'ai les yeux fermés, mais mes larmes me trahissent. 

    - Vous n'arrivez pas à dormir, me chuchotte-t-elle.

    J'ouvre les yeux et lui répond. 

    - Non, comme chaque nuit depuis des semaines.

    Je sais que je suis sèche dans mes réponses, mais je n'y peux rien. Elle ne s'en formalise pas, elle repart dans le couloir et revient avec une pilule et un verre d'eau. C'est un somnifère, elle me le tend, je le pose sur ma langue et avale une gorgée d'eau. Je sais que je vais m'endormir dans peu de temps, dans un sommeil profond et sans rêve, un sommeil réparateur pour une nouvelle journée inerte.  

    Chapitre 2

     

    ***

    Un rayon de soleil me réveille, j'ai oublié de fermer mes rideaux hier soir. Comme tous les matins, mon bas-ventre se réveille, j'attends un peu avant de me lever. J'attrape mon portable pour regarder l'heure, il est 6h30, je prends mon service dans trois heures. J'ai le temps d'aller laver mon linge avant d'embaucher, n'ayant plus qu'un boxer de propre, il faut absolument que j'y aille. 

    Je m'étire et me lève, je passe par la salle de bain enfiler mon peignoir et soulager ma vessie. Dans la cuisine, j'allume ma cafetière et en attendant que le café coule, je regarde ma boite mail. J'ai reçu mon planning de la journée, j'ai rendez-vous dès le matin avec la jeune Camille, Annabelle m'a libéré deux heures pour mon entretien avec la jeune femme, c'est ce qu'il me faut généralement pour une première approche. 

    Alors que je bois mon café sur le comptoir de la cuisine, mon téléphone sonne, le visage de ma mère s'affiche sur l'écran. 

    - Bonjour maman, lâchais-je, tu es au courant qu'il n'est que 7h du matin.

    - Je savais que tu étais levé, tu as toujours été un lève-tôt. 

    Je soupire. J'aime ma mère, mais pas dès le réveil. 

    Chapitre 2

     - Que me vaut l'honneur de ton appel cette fois ?

    - Comme si je t'appelais juste pour te demander un service, me répondit-elle, j'ai parfois juste l'envie d'entendre la voix de mon fils. 

    Mouais, je me demande pourquoi je n'y crois pas une seconde. Le silence s'installe puis elle soupire. 

    - En fait si, j'ai un service à te demander.

    - Je le savais, m'exclamais-je, aller, balance. 

    - J'ai un dîner demain soir, et il me manque une personne pour accompagner la fille de l'ambassadeur, tu crois que tu pourrais te libérer. 

    Et voilà, comme toujours, elle essaye de me refiler une quelconque fille à marier. Parfois, j'ai l'impression qu'elle cherche toutes les filles célibataires dans la ville pour me décrocher un rendez-vous. La semaine dernière, elle m'a même demandé si je n'étais pas gay. La bonne blague. Je suis tout ce qu'il y a plus comme hétéro, sauf que je n'ai pas trouvé la perle rare qui voudra bien me supporter quotidiennement. Des femmes, j'en trouve, généralement pour une nuit ou juste pour passer un bon moment, mais aucune n'a accroché mon cœur, et certainement pas les vieilles filles que me dégote ma mère. 

    - Je ne peux pas demain soir, j'ai un rendez-vous.

    - Avec une fille ? Me lance-t-elle surprise. 

    - Non, avec un pote, nous partons tout le week-end pour pêcher. 

    - Tu ne peux pas repousser ? 

    - Non. 

    - Tu es vraiment un fils indigne, pour une fois que j'ai besoin de toi. 

    Chapitre 2

     Et voilà les grands mots. Elle me sort toujours cette phrase quand je n'obtempère pas à ses demandes. Avant, je me laissais avoir, mais plus maintenant. 

    - Tu as toujours besoin de moi maman, et moi, j'ai besoin de m'évader le temps d'un week-end. Je dois te laisser, j'ai à faire. Je t'embrasse.

    Je ne lui laisse pas le temps de répondre, je raccroche, avale mon café tiède, lave mon mug et file m'habiller. Je dois aller laver mon linge. 

     

    « Chapitre 1Chapitre 3 »

  • Commentaires

    1
    Khany
    Mardi 6 Mars 2018 à 10:35

    L'art de faire trépigner les gens !! C'est très fluide, on a envie de la suite yes

      • Mardi 6 Mars 2018 à 11:02

        C'est ce qui est bon justement, ça me fait pareil quand je finis un livre et qu'il faut attendre la sortie du Tome 2 clown

      • Khany
        Mardi 6 Mars 2018 à 11:37

        Ah oui, c'est vrai mais il y a toujours un petit sentiment de frustration happy 

        Note que j'aime bien ressentir ça ^^

    2
    Angie Sims
    Mardi 6 Mars 2018 à 10:40
    Ben voilà la suite lol j'étais contente juste avant le boulot. C'est toujours aussi passionnant et j'étais mdr la mère qui veut caser le fils la Vilaine.j'ai hate de voir son entretien avec Camille
      • Mardi 6 Mars 2018 à 11:01

        Je te l'avais dit hier que je mettrais la suite aujourd'hui, maintenant faudra attendre jeudi pour le 3 winktongue

    3
    Mardi 6 Mars 2018 à 10:52

    Taylor !!!!!!!!!!!!!!!!!!! oops Il est trop beau ! Le passage avec sa mère au téléphone me fait rigoler ! xD

     

    Mention spé pour la page internet hehe

      • Mardi 6 Mars 2018 à 11:00

        Que j'ai galéré à faire d'ailleurs, même si ça ne se voit pas vraiment tongue

        Taylor est à croquer, et encore plus en tenue d'Adam clown

    4
    stephy
    Mercredi 7 Mars 2018 à 18:57

    maj super j'adore je viens de lire les deux ca se lis assez bien et je commence a adore Camille et Taylor vite la suite 

      • Mercredi 7 Mars 2018 à 21:13

        *.* la suite sera pour demain midi cool

    5
    Melys
    Jeudi 8 Mars 2018 à 20:56

    J'ai l'impression d'entendre ma mère les rares fois ou je ne peux lui rendre service lol.

    On accroche vite avec tes personnages, leur émotion, on se laisse prendre au jeu et on rentre dans l'histoire. 

      • Jeudi 8 Mars 2018 à 21:04

        Toutes les même ses mamans he

    6
    Fanny Carson
    Mardi 13 Mars 2018 à 23:33
    Pauvre Camille, j'imagine même pas l'horreur de sa situation :(
    Mais je sens que Taylor va lui redonner l'envie de se battre !!
    D'ailleurs très sexy le bougre !! :p
      • Mercredi 14 Mars 2018 à 00:42

        Oui hein, c'est 3lodiie qui me l'a fait sur mesure he

    7
    ReiScarlett
    Lundi 26 Mars 2018 à 17:56

    drole de maman mdr !!! Quelque chose me dit qu'il va la trouver la fille qui lui faut ^_^ aller go la suite

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :