• Chapitre 4

     J'ai passé un super week-end avec mon pote, partir pêcher et camper était une super idée. Dans le silence du lac, j'ai pensé à Camille Roy, je ne devrais pas, c'est ma patiente et en plus, elle est complètement perdue. 

    Annabelle m'a apporté un café, c'est le signe d'une trêve. Elle s'emporte, mais redescend rapidement, je l'apprécie énormément. Elle s'assoit sur la chaise en face de moi et commence à me parler de Camille. 

    - J'ai vu le dossier de la jeune Camille, je ne suis pas d'accord pour le thérapeute, elle n'en a pas besoin.

    - Je ne suis pas d'accord, parlé lui fera du bien, lui répondis-je, je la trouve repliée sur elle-même. 

    - Je lui parle beaucoup, et si elle se replie, c'est qu'elle ne veut plus être ici. Ça peut se comprendre. Je pense qu'il serait temps qu'elle retourne chez elle, les soins peuvent se faire à son domicile. 

    Chapitre 4

    Je sais qu'elle a raison, mais ça me peine, j'avais déjà programmé sa rééducation, savoir qu'un autre lui prodiguera des soins et pas forcément les miens, me met hors de moi. Pourquoi d'ailleurs ça me met hors de moi, je ne suis rien pour elle et je la connais à peine.

    Je ne la vois pas comme une patiente en fait, mais plutôt comme un défi, le défi de la revoir marcher et pourquoi pas remonter sur des patins. Je n'ai pas souvent de patient comme elle, qui ont perdu tout espoir et généralement, je fais tout mon possible pour qu'ils remarchent ou qu'ils deviennent autonomes.

    Je me lève et lui fait face, j'aimerais bien savoir ce qu'elle a en tête notre infirmière en chef.

    - Alors dis-moi, comment veux-tu qu'on procède ?

    - Je n'en sais fichtre rien, lança-t-elle.

    - Bien sûr que si, je te connais Annabelle, tu n'es pas venue ici juste pour m'apporter un café, tu as une idée derrière la tête.

    Elle soupire et se lève, me regardant droit dans les yeux, son froncement de sourcils est réapparu.

    Chapitre 4

     -Tu es le seul kiné entêté que je connaisse qui la fera remarcher. Tu es buté, mais patient, et je sais qu'elle te fait confiance.

    - Et comment sais-tu ça ? Demandais-je intrigué. Elle te l'a dit ?

    - Non, mais ce week-end, elle m'a dit que ton massage des jambes lui avait fait énormément de bien, qu'elle avait eu l'impression d'avoir moins de poids au bout de son corps.

    Intéressant, ça, pensais-je. Je me remets debout et fais face à la baie vitrée, Annabelle n'a pas bougé, elle attend. Attends quoi, ça je n'en sais rien. Je me perds dans mes pensées.

    - Taylor, je sais qu'au fond de toi, tu sais ce qu'il faut faire. Elle n'a plus personne qui l'attend dehors, si elle rentre chez elle, elle s'enfermera dans son handicap et ne remarchera jamais.

    - Je sais, murmurais-je.

    - Alors dis-moi que tu as une solution.

    Je continue à regarder dehors, une solution, je n'en ai qu'une, mais est-ce convenable ? Je me retourne pour faire face à Annabelle.

    - La seule solution que j'ai, c'est de l'emmener dans mon chalet et travailler jour après jour, sans relâche. Elle est capable de se laver seule et de s'habiller, ici, elle attend que tu le fasses pour elle. Tu l'as trop maternée.

    - Je sais ça, soupire-t-elle, mais c'est plus fort que moi, je materne les chatons abandonnés à leurs sorts. Tu veux que je lui en parle ?

    - Plus tard, j'ai une séance avec elle ce matin, je préfère qu'elle travaille un peu, elle aura la journée pour réfléchir à ma proposition.

    - Comme tu voudras.

    Elle pose sa main sur la poignée, tourne la tête vers moi et me lance.

    - Je savais que tu la prendrais en charge Taylor. Tu es vraiment une personne exceptionnelle.

     

    ***

    45 minutes plus tard, un coup frappé à ma porte m'annonce l'arrivée de ma patiente. Elle a quitté la chemise de l'hôpital et mit un tee-shirt et un pantalon de jogging, je suis content, c'est déjà un grand pas, elle ne se considère plus comme une malade.

    - Bonjour Camille, lui lançais-je, prête pour la séance ?

    - Oui, marmonne-t-elle. 

    - Parfais, je vais t'installer sur la table de massage, je vais t'étirer les jambes et ensuite te masser la colonne vertébrale. 

    Chapitre 4

    Comme elle soupirait d'aise, mes lèvres s'étirèrent, mais je repris vite mes esprits pour me concentrer sur ses muscles. Je lui ai étiré de nouveau les jambes, puis les ai manipuler autour de ses os de hanches, ensuite, je les ai massées et j'ai recommencé.

    À la fin de la séance, je lui ai demandé de faire des abdos, elle m'a regardé bizarrement. 

    - Faire travailler les abdominaux est essentiel, il faut faire travailler les jambes, mais aussi le corps, cela facilitera la station debout plus tard, lui expliquais-je.

    Elle commença une série de 10, son visage s'était coloré de rouge, pas par la timidité, mais par l'effort. Des gouttes de sueur commençaient à perler sur son front. 

    - Encore 5, lui demandais-je doucement, c'est bien Camille, je suis fier de toi.

    Elle me sourit et reprit les 5 abdos que je lui ai demandés. Je le savais qu'au fond d'elle s'était une battante, elle avait besoin de poigne et pas de maternage. Annabelle avait tendance à oublier que Camille était une sportive de haut niveau et pas une poupée que l'on devait dorloter. 

    - Très bien, maintenant, tu vas enlever tes vêtements et mettre une serviette, je vais t'enduire de crème pour apaiser tes muscles et éviter les contractures.

    Là par contre, elle est devenue rouge comme une pivoine, elle est vraiment charmante et à cette vision, mon corps d'homme a réagit. Foutu hormones. Je tire le rideau qui sépare l'espace de travail à mon bureau et vais directement au téléphone appeler Annabelle pour qu'elle vienne l'aider au cas où. Je lui explique que l'idéal serait que Camille le fasse toute seule, mais que sa présence était demandée en cas de pépin. Elle a accepté et est venue superviser la jeune femme. 

    Avant de partir, elle m'a fait un clin d’œil, a-t-elle remarqué que mon entre-jambe avait gonflé ? Non, je ne pense pas, je suis resté assis à mon bureau à taper sur mon clavier. J'attends un moment que le sang qui a afflué en bas se disperse et que mon entre-jambe reprenne sa taille normale avant d'aller rejoindre Camille. 

    Le plus dur reste à venir, poser mes mains sur sa peau douce et chaude risque de rappeler Paulo au garde-à-vous. C'est fou ça, depuis 7 ans que je pratique, je n'ai jamais eu ce genre de problème. 

    En l'entendant soupirer, je me suis repris et je l'ai rejoint. 

    - Prête ? Ça risque d'être froid au début, mais ensuite, tu vas ressentir une sensation de chaleur quand la crème pénétrera dans la peau.

    L'entendre gémir de bien-être a réveillé ma libido, j'ai senti ses muscles crispés se détendre. Finalement, je ne sais pas si c'est une bonne idée de l’emmener dans mon chalet, ça risque de mal finir ou pas. Bref, c'est une mauvaise idée. Faut que je parle à Annabelle. 

    À la fin de la séance, je l'ai aidé à s'asseoir sur la table, la serviette était légèrement descendue, montrant la naissance de sa poitrine. Mon sexe tressauta. Encore heureux que mon pantalon de travail était large et cachait la bosse qui se trouvait dans mon boxer. 

    - Tu as besoin d'aide, demandais-je, tu veux que j'appelle Annabelle ?

    Enfin, elle me regarda, rouge, timide, mais les yeux emplis d'un désir torride. Houla, elle a ressenti comme moi, j'ai bien l'impression.

    - Non, me répondit-elle doucement, je vais essayer de me débrouiller.

    - Bien, je serais à mon bureau si tu as besoin et dès que tu as fini, appelle moi, je te mettrais dans ton fauteuil. 

    - D'accord.

    Chapitre 4

    Je retourne à mon bureau, je regarde l'heure, bientôt midi. Ouf, je vais aller courir pour me dépenser et canaliser mes pulsions.

    - Taylor ?

    Mon prénom dans sa bouche m'a fait sursauté, je me suis levé et je l'ai rejointe. Elle avait mis son pantalon et son soutien-gorge en coton. Grand dieu.

    - J'ai fait tomber mon tee-shirt, murmure-t-elle.

    Je me suis raclé la gorge, j'ai ramassé le tee-shirt et je lui ai tendu. J'aurais dû repartir, mais je suis resté bloqué. Je m'imagine la bouche ouverte comme dans les Tex Avery, les yeux qui sortent de leurs orbites, la bave qui coule aux coins de ma bouche. 

    Chapitre 4

    Je me ressaisis. Une fois qu'elle l'a enfilé, je la prends dans mes bras et la remets dans son fauteuil. 

    Tu veux que je te raccompagne à ta chambre ? Demandais-je d'une voix enrouée comme si j'avais crié au stade de foot.

    - Non, ça ira, me répondit-elle de sa voix chaude, merci. 

    - Parfait, demain, même heure.

    Je la regarde partir et traverser le couloir pour aller dans sa chambre. Je ferme la porte et pose ma main sur mon sexe proéminent. D'un simple regard, elle arrive à m'émoustiller, alors je n'imagine même pas quand on passera à l'acte, si je décide d'y passer. 

    Je file à mon casier, j'enfile ma tenue de sport et part faire un jogging avant d'attaquer mon programme de l'après-midi.

    « Chapitre 3 Chapitre 5 »

  • Commentaires

    1
    Chanchan
    Samedi 10 Mars 2018 à 17:25

    Je ne crois pas avoir commenté encore. J'ai commencé ton histoire et j'adore que ça soit dans le milieu médical et l'histoire du tragique accident de Camille. Et Taylor n'est pas pour déplaire !! 

    Taylor et Camille ensemble et seul au chalet... Oula, il va s'en passer des choses. Si ça se fait bien sûr !

      • Samedi 10 Mars 2018 à 18:56

        "Et Taylor n'est pas pour déplaire !! "  et tu  le verrais en tenue d'Adam, il est à tomber 

      • Chanchan
        Dimanche 11 Mars 2018 à 22:19

        J'espère que l'on verra ça alors ;) 

    2
    Dimanche 11 Mars 2018 à 00:00

    J'aime bien Annabelle, elle me fait penser à toi ma Dyo !!!! Une main de fer dans un gant de velours !!! ^^
    Haha ! Taylor, quel homme faible, un peu de chair et paulo fait des siennes !! xD 

    3
    Angie Sims
    Lundi 12 Mars 2018 à 08:42
    Taylor et Camille au chalet ça va chauffer mdr.
    4
    jjArcenCiel
    Mercredi 14 Mars 2018 à 14:20
    jjArcenCiel

    Wow wow wow ! Ça va chauffer les amis ! Ça chauffe déjà d'ailleurs ! T'as pas peur de les coller tous les deux dans le même chalet.

    Ceci dit, ça va devenir encore plus intéressant ! ! !

    Tu n'aurai pas dit qu'il est à tomber quand il est à poil ? ? ?  oh (bave)

      • Mercredi 14 Mars 2018 à 19:13

        Lol C'est clair, ça chauffe, en même temps c'est signalé que c'était pour les plus de +18 ans, donc je fais pas dans la dentelle he

    5
    Fanny Carson
    Jeudi 15 Mars 2018 à 20:54
    Hou c'est chaud j'adore !! Il est bien prétentieux lol et si elle refusait de coucher avec lui, hein ? Lol
    6
    Rei Scarlett
    Vendredi 30 Mars 2018 à 00:05
    Je bah le petit coquinous loool un chapitre tout mignon j'adore
    7
    Lily/pinssophie
    Vendredi 30 Mars 2018 à 11:09

    Voilà, Taylor a réussi à la faire sortir de sa léthargie : Bravo !

    Ooooh, ils sont tous les deux attirés l'un par l'autre, et, Taylor est tout énervé alors que cela ne lui est jamais arrivé pendant ses années de travail : intéressant.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :